Qui suis-je?

Mon nom est Yannick Morin et je vous souhaite la bienvenue sur mon petit lopin d’internet, un modeste scriptorium dont l’enseigne clame: Le Fantasque*.

Ici, je rassemble tout ce qui me passionne – jeux vidéo, jeux de rôle sur table, littérature de l’imaginaire, histoire du monde et les pires des mauvais films – et je les partage avec vous.

J’aime autant mieux vous avertir tout de suite: il n’y aura aucune méthode dans ma folie. Je suis mercurial, voire volage dans mes passions. Je flotte aisément de fleur en fleur, butinant tout juste ce qui me captive avant de passer à la prochaine. Mais je vous fais une promesse: je serai toujours aussi intense que je serai inconstant.

Allez donc, visitez à votre guise. Chaque item du menu en haut de cette page mène à une catégorie différente de mes diverses obsessions. Vous y trouverez beaucoup de mots.

S’il vous en manque, je vous invite à venir me dire un petit bonjour sur Twitter.

Bonne lecture!

Yannick Morin
Faquin agréé

* Pourquoi « Le Fantasque »?

Le Fantasque était le nom d’un journal satirique qui était publié au Québec au 19e siècle. Quand j’étais en secondaire 2, j’ai vu un extrait attribué au « Fantasque » dans mon livre d’histoire. Or, sur le coup, je n’ai pas compris qu’il s’agissait d’une publication; je croyais que « le Fantasque » était une sorte de figure légendaire, mi-héros populaire, mi-révolutionnaire, combattant les injustices du gouvernement de l’époque.

Je me l’imaginais masqué, courant sur les toits, sa longue cape voletant derrière lui dans l’air froid des nuits du Bas-Canada. Ce n’est que des années plus tard que j’ai appris la vérité mais, dans mon coeur, le Fantasque restera toujours un héros d’un époque révolue et je rends hommage, d’une certaine façon, à cet homme qui n’a jamais vécu.

Et c’est un peu le thème sous-jacent à tout ce que vous lirez ici: de grandes lettres d’amour pour des gens qui ne sont jamais nés, pour des endroits qui n’ont jamais existé et pour des événements qui n’ont jamais eu lieu.

En d’autres mots: la fiction, mon amour.

Créez un site Web ou un blogue gratuit sur WordPress.com.

Up ↑

%d blogueueurs aiment cette page :